Quelle est la note de banques sur

Dites à votre banque ce que vous pensez de ses engagements.

Plus d'informations sur Changement climatique

Le changement climatique est le pire ennemi de la lutte contre la faim. Accès à la nourriture, à l’eau potable, sans parler des tensions et conflits que ces difficultés engendrent… Le changement climatique a des conséquences au quotidien pour les populations les plus vulnérables, qui ne disposent pas des moyens techniques, humains et financiers pour s’y adapter. Sécheresses, inondations et autres phénomènes climatiques extrêmes ont notamment des effets dévastateurs pour les petits agriculteurs et impactent directement la sécurité alimentaire :

  • Selon certaines analyses, le nombre de personnes risquant de souffrir de la faim augmentera de 10% à 20% d’ici 2050 en raison du changement climatique.
  • Le changement climatique pourrait porter le nombre d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition à 25 millions en 2050, ce qui correspond au nombre d’enfants de moins de cinq ans que comptent les États-Unis et le Canada réunis

Aujourd’hui, les banques et l’ensemble du secteur financier contribuent au changement climatique en soutenant massivement les énergies fossiles.

Les banques françaises ont investi 30 milliards d'euros dans le secteur du charbon entre 2005 et avril 2014. Parmi ces investissements, 94% proviennent de BNP Paribas, du Crédit Agricole et de la Société Générale.

Pour Fair Finance France, il est impératif que les banques cessent ces financements nocifs et réorientent leurs investissements vers les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

Ainsi, les banques devraient imposer des normes strictes en matière climatique et mettre en place les mesures suivantes :

  • Calculer et publier leur empreinte carbone, en prenant en compte l’ensemble de leurs émissions de CO2 : directes (activités de bureau) comme induites (générées par les projets et les clients qu’elles soutiennent) ;
  • S’engager à réduire leurs émissions de CO2 - directes et induites - afin de limiter le réchauffement global en dessous de 2 degrés, conformément aux recommandations des experts internationaux du GIEC ;
  • S’engager à sortir des énergies fossiles, à commencer par le charbon et investir dans la transition énergétique vers une économie sobre en carbone.

Merci d'avoir partagé

Votre message a bien été publié

×